Lozere Peche Mouche

English Version
sejourcadeaupeche

Bilan de la saison 2011 0

L’année la plus chaude jamais enregistrée depuis les premiers relevés météo, un déficit hydrique jamais vu en Lozère,….. On a eu chaud !!! Mais on a évité le pire, l’été pluvieux et frais à sauvé nos copines ….c’était vraiment une saison bizarre !

L’année 2011 commençait déjà mal, pas de neige, des niveaux bas dés le mois de Mars, des conditions météo hallucinantes pour notre département. Ainsi, le début de saison fut vraiment hors norme avec des pêches en sèche sur l’Aubrac dés début Avril, des coups du soir à 1200 m d’altitude mi avril sur le Chapeauroux, des insectes déboussolés et stressés, des  éclosions très avancées et anarchiques de quoi y perdre son latin d’entomologiste !!

Hors mis quelques coups d’eau  sur les Cévennes , le reste du département jusqu’à fin mai a fondu sous un soleil de plomb , les niveaux d’eau très bas  ont permis des augmentations de température jamais vu pour la saison .Ainsi , on pouvait mesurer des valeurs de 21, 22 même 23 °c pour le Lot ou La Truyère .Seule la Colagne grâce au soutien de la retenue de Charpal avait  pu garder un volume et des conditions correctes .Les choses étaient très mal engagées et on s’attendait à une catastrophe halieutique pour le début de l’été !!

Heureusement, à partir de fin mai, OUF OUF !! Les conditions ont changées et une chute énorme  des températures (j’ai vu le Lot perdre 6 degré en 2 jours) a permis de remettre en confort nos copines. L’activité est repartie et la pêche fut fabuleuse  sur le mois de Juin notamment en mouche de mai, avec des eaux basses,  fraîches et des poissons concentrés et accessibles vu le niveau d’étiage .Il fallait prendre énormément de précaution pour ne pas trop stresser les poissons

Le mois de juillet pourri, accompagné de quelques orages très ciblés notamment en Aubrac et Margeride nous a permis de garder la fraîcheur sur nos rivières et nous a évité de grosses mortalités. Les nuits fraîches du mois d’aout Lozérien sont venues en renfort pour tamponner les journées chaudes de cette fin d’été  et les milieux sont restés viables jusqu’à la fermeture.

Les rivières et les truites ont souffert et cette année laissera obligatoirement des séquelles sur  les populations piscicoles futures, et sur l’avancé de  la cyprinisation  mais nous sommes passés à côté d’une catastrophe écologique jamais égalée.

On a eu vraiment très chaud !!!

Idem pour le frais , car l’automne très sec sans précipitations et des niveaux toujours très bas laissait présager une reproduction perturbée mais encore ici la chance nous a sourit et un épisode cévenol début novembre juste avant le début du frai , est venu lavé nos cours d’eau en profondeur qui en avait vraiment besoin , le relais a été pris par des précipitations de décembre , pluie et neige régulière .Les prairies sont actuellement gorgées d’eau  et les sources coulent avec gaité comme si cette sale année 2011 n’était plus qu’un vieux souvenir .

Il faut que cette année nous serve de leçon pour les années futures et la nécessité de maintenir nos poissons sauvages en bonne population pour qu’ils puissent s’adapter à des sècheresses plus régulières.

L’adaptation génétique est la seule solution pour faire perdurer nos truites sauvages, la pêche plaisir doit en prendre conscience et nous devons tout mettre en œuvre pour une pêche durable à très faible prédation sur les truites issues de la rivière.

Posté le lundi 04 juin 2012 dans blog




Laisser un commentaire